Museo Ralli Marbella

km.176 N-340 Marbella


Le Musée Ralli vous ouvre les portes du surréalisme

La collection Ralli met à l’honneur différents artistes dont Giorgio de Chirico, Francis Bacon et Salvador Dali au travers d’une série de 45 œuvres, dont 6 sculptures.

Cette exposition explore au travers d’œuvres clés d’artistes de renom, l’univers fascinant du surréalisme. Les créations d’André Masson, Salvador Dali, Man Ray ou Joan Miró sont rejoints par celles d’artistes émergents dans la dernière phase du mouvement.

Cette vision multiple éclaire sur un surréalisme polymorphe, riche de lectures différentes afin d’en saisir la substance. Des artistes comme Arcimboldo, El Bosco, De Chirico ou Chagall utilisaient le langage de ce mouvement avant même qu’il n’ait un nom.

Synonyme de liberté, ce courant artistique a toujours permis de traiter des sujets considérés comme tabous au sein de notre société. À travers des représentations d’une réalité qui peut être imaginaire, symbolique ou illusoire, les artistes proposent leur vision du monde à travers l’exploration du subconscient et de l’onirique. De Giorgio de Chirico à Marc Chagall en passant par plusieurs artistes clés du mouvement surréaliste comme André Masson, Salvador Dali, Joan Miró ou Man Ray, on découvre une exposition singulière et pointue du mouvement auxquels s’ajoutent d’autres artistes influents comme les Anglais Conroy Maddox et John Banting et l’Allemand Paul Wunderlich.

Tous les représentants du mouvement ont influencé un environnement dans lequel Bacon a pu déployer toute l’étendue de son talent. Revenons-en à André Masson, cet artiste signataire du premier manifeste surréaliste, qui n’a jamais cessé d’expérimenter et de développer son langage. Ses œuvres, distillant des questions de nature politique, l’ont conduit à plusieurs reprises à abandonner le mouvement. Paul Wunderlich, quant à lui, est né peu avant la fin du mouvement surréaliste. Les deux génies se sont dilués dans cette frange réduite oscillant entre surréalisme et expressionnisme.

Quant à l’œuvre de Francis Bacon, elle est influencée par les grands maîtres de la peinture traditionnelle comme Vélasquez, Titien ou Grünewald. On y perçoit également les codes du cubisme de Pablo Picasso (avec les décompositions de la figure), de l’expressionnisme (avec par exemple l’utilisation agressive et expressive de la couleur) et, bien entendu du surréalisme. Le cas de l’artiste britannique Henry Moore est également particulier, car à première vue, rien ne le lie au surréalisme. Il se distingue par de grandes sculptures dont le langage figuratif est schématique. Son implication quant au mouvement s’explique notamment par sa participation en tant que jury de la Première Exposition Internationale Surréaliste de Londres. Ses dessins ou ses gravures nous rappellent indubitablement les formes bimorphes propres au surréalisme.

Quant aux sculptures de Salvador Dali, elles complètent les trois salles qui composent l’exposition avec un emplacement particulier et précis pour chacune d’elles. Celles de la quatrième salle sont celles de « surréalisme pur ». Celles des deux premières salles sont les expressions d’un dialogue entre le surréalisme et les autres influences.


L’exposition est accessible gratuitement du mardi au vendredi de 10h00 à 17h00 et le samedi de 10h00 à 16h00 (y compris les jours fériés).

Retrouvez plus d’informations sur www.museoralli.es