Quand l’art belge s’invite au Musée Thyssen de Malaga

Rédigé le 11/10/2022
Frederic André


Voici une exposition incontournable de cette fin d’année dans la capitale de la Costa del Sol. L’Art « noir jaune rouge » est à l’honneur dans le splendide Musée Carmen Thyssen pour une exposition regroupant tant des œuvres de René Magritte que d’autres artistes de renom du plat pays parmi lesquels on retrouve un certain Delvaux. Un rétrospective d’œuvres à la diversité étonnante, de la fin du XIXème au milieu du XXème siècle, attend les visiteurs. 



Cette superbe exposition est rendue possible de par la collaboration avec le musée d’Ixelles à Bruxelles. Celui-ci est en effet en travaux, ce qui permet le prêt des œuvres. Le célèbre musée bruxellois dispose de la deuxième plus grande collection publique d’art dans ce pays, avec plus de 15000 pièces.

C'est une sélection de 77 œuvres provenant de 53 artistes qui attend les visiteurs. Attendez-vous chers lecteurs à admirer de véritables joyaux au cours d’un parcours débutant au pré impressionnisme et conduisant au surréalisme.

C’est la vision d’un jeune pays qui est proposée au Musée Carmen Thyssen. La Belgique est indépendante depuis 1830 et ces œuvres véhiculent la construction de son identité, au travers des bouleversements culturels, économiques, industriels et sociaux traversés au cours des décennies. Le petit pays s’est forgé sa propre identité et dispose du caractère fougueux d’une certaine jeunesse qui l’a conduit à l’ouverture de l’art sur le rêve, l’humour et l’absurdité.

L’exposition vous emmène dans un voyage au travers d’un paysage teinté de réalisme, de naturalisme, d’impressionnisme (et ses dérivées) et d’expressionnisme. Le parcours de l’exposition se termine dans une salle réunissant les trésors de deux grandes figures de l’art de ce pays, René Magritte et Paul Delvaux. Il est pour le moins original de faire cohabiter les deux artistes qui ne s’appréciaient guère. Magritte riait du nom de celui-ci « des vaches » et qualifiait ce dernier de « personnage dans sa propre bulle, sans rapport avec les autres artistes du moment ».

 



Pour rappel, le surréalisme est devenu le mouvement principal en Belgique simultanément à l’expressionnisme. Les artistes belges ne se sont pas engagés dans un mouvement politique mais plutôt dans une tendance d’ouverture sur l’univers imaginaire et celui de l’intérieur.

Quant au mouvement artistique du symbolisme, il s’agit de la richesse de l’univers psychique, toujours connecté au réel, mais en veillant à le rendre poétique et mystérieux.

Chers lecteurs, vous aurez donc la chance de découvrir de splendides œuvres de Magritte, véritable symbole de ce mouvement poétique. Son travail a toujours été basé sur une série d’ambiguïtés générées entre notre lecture du monde et l’univers de l’imagination.

 

 



L’exposition « Arte belga, del impresionismo a Magritte » se déroule jusqu’au 5 mars 2023 au Musée Carmen Thyssen de Malaga (Plaza Carmen Thyssen, 29008 Malaga). www.carmenthyssenmalaga.org