Une San Juan à Benalmadena

Rédigé le 24/06/2022
Frederic André


Le feu et l’eau pour chasser le mauvais esprit: une San Juan à Benalmadena.

Les festivités de la San Juan ont brillé de mille feux en cette nuit du 24 juin. Le choix était compliqué. Où vivre ces fêtes traditionnelles? Nous vous avions proposé 10 endroits idéaux pour traverser cette nuit si particulière. Le choix de notre équipe s’est porté sur Benalmadena et ce pour deux raisons. La première est que cette Nuit de Saint Jean-Baptiste est couplée à l’ouverture de la feria d’Arroyo de la Miel, le centre névralgique de la célèbre station balnéaire. La seconde raison est que nous avions échangé avec Victor Navas, maire de Benalmadena, lors de la Fête Dieu. Il nous avait clairement fixé rendez-vous pour cette nuit si courte et animée dans son fief, nous promettant un spectacle son, feu et lumière de grande beauté. Et nous ne fûmes pas déçus. La San Juan à Benalmádena a véritablement mis le feu aux poudres de la Feria de San Juan de Arroyo de la Miel. Revivez avec nous ces heures festives! 



21:00 Direction la plage du château Bill Bill

Les plages sont encore bien tranquilles en ce début de soirée. Quelques familles sont déjà installées et les barbecues sont déjà allumés pour y faire griller chorizos et hamburgers. Les enfants, entre leurs allers retours à l’eau, surexcités demandent aux parents toutes les dix minutes quand va débuter le feu d’artifice. 

Un premier est constat est que les familles présentes comptent peu de personnes plus âgées. Nous posons la question sur cette faible présence à Maria-Angeles qui est installée avec sa famille depuis 19h00 sur la plage. Sa réponse est claire, le COVID a fait aussi beaucoup de dégâts au point de vue psychologique chez les personnes plus âgées. Elle nous renseigne que ses parents, ses tantes et oncles, n’osent pas encore s’aventurer là où la foule se masse. Une alternative, me dit-elle est qu’ils viennent masqués mais ils préfèrent rester chez eux. Elle pense qu’il faudra du temps pour les personnes plus âgées de retrouver leurs habitudes, il est encore trop tôt. 

Alors que le soleil se couche, on constate peu de monde sur les plages paisibles. Par contre, autour du Château Bill Bill, c’est l’effervescence. Les techniciens terminent les installations du spectacle prometteur et effectuent différents réglages. On assiste déjà à des essais et quelques projections sur les murs de la forteresse. 

Installés sur le toit de la bâtisse rouge sang, des lance-flammes crachent les premiers feux. Nous quittons la promenade de mer pour rejoindre le village d’Arroyo de Miel, où nous attendent le traditionnelle brûlage des poupées, les “juas”. 

 



23:00 Ambiance de feria et concours de poupées à Arroyo de la Miel 

La Calle de las Flores est coupée à la circulation. Un regroupement attire notre attention et on y découvre les premières poupées en tissu, à taille humaine. Dans un décors en papier mâché, on retrouve des personnages mis en scène, comme s’ils débarquaient des années 80. Un concours est organisé par la mairie récompensant les plus belles poupées. Des associations de quartier, des confréries rivalisent d’originalité à cette occasion. Nous passons par la Calle Zurbaran, en habits de fête à l’occasion de la feria qui débute officiellement le lendemain et rejoignons la calle Parra où côte à côte, les confréries Del Rocio et de la Redención ont installé bars, tables, podiums et où la fête bat son plein. 

 



D’autres poupées représentant cette fois une scène du film Grease nous impressionnent. À proximité, ce sont des personnages habillés aux couleurs du parc d’attraction Tivoli, toujours à l’arrêt qui attendent les badauds. Des pancartes les accompagnent, réclamant le retour du parc et que des décisions soient prises pour que revive l’un des centres ludiques et névralgiques du quartier. Ce sont près de 100 personnes qui ont perdu leur emploi. Il faut savoir que le liquidateur a présenté il y a quelques jours un dossier de restructuration de l’emploi (REE) pour l’ensemble du personnel. Attablé avec des amis, en toute décontraction, on retrouve le maire de Benalmadena, Victor Navas. Il nous conte une nouvelle fois sa joie de revoir la vie reprendre dans sa ville. Il sait qu’il sera extrêmement sollicité les jours qui viennent mais même si les heures de sommeil lui manqueront, il est tout sourire. Nous lui souhaitons une excellente feria de San Juan et minuit dans quelques minutes, nous rejoignons le tas de poupées empilées, en proie aux flammes. Le brasier de lumière éclaire les regards des enfants hypnotisés par ce feu qui est bouté par des membres de la confrérie. C’est l’excitation totale. Quelques intrépides sautent au-dessus des flammes, il paraît que cela porte bonheur. D’autres jettent de petits papiers pliés au feu, rapidement réduit en cendres. Pilar, une habitante d’Arroyo de la Miel me confie qu’il est de tradition de noter sur un papier un vœu, un souhait. Elle espère que sa mère malade guérisse et l’a noté sur un petit papier. Elle nous dit que toute la famille prépare soigneusement ces précieux documents destinés aux brasiers. Les petits comme les grands jettent avec joie ces petits papiers. Les petits, me dit Pilar, y note souvent les jouets qu’ils souhaitent recevoir. Sa petite fille Olivia, aurait noté qu’elle souhaite un petit frère ou une petite sœur, sourit Pilar. Ne dit-on pas que cette nuit est particulière en ce qui concerne la fertilité? Le vœu de la petite Olivia pourrait se réaliser... qui sait? 

 



Les gens hurlent, chantent et se font photographier devant les feux qui deviennent de plus en plus grands. Vers minuit trente, la foule semble moins nombreuse et les gens quittent le centre d’Arroyo de la Miel. Un spectacle unique les attend, en bordure de plage cette fois...

01:00 Le Château Bill Bill sous les feux 

Nous rejoignons les abords du Château. Il reste 20 minutes avant le grand moment. Les plages que nous avions quitté pratiquement désertées sont cette fois pleine à craquer. La musique à hauts décibels, les rires, les danses, on est venu faire la fête sur la plage et elle durera jusqu’aux petites heures du matin. 

Certains se sont aventurés, malgré les interdictions cette année, d’allumer des feux, d’autres font voler des lanternes chinoises qui parsèment le ciel d’étoiles en prenant de la hauteur. Une première détonation raisonne. Les services de police et de la protection civile s’activent. Cela va commencer. La cité balnéaire de Benalmádena est prête pour près de 15 minutes d’un spectacle unique. Des chants arabes, la tour du château en feu, des explosions, des rayons laser, rien ne manque à l’impressionnant spectacle. Les yeux écarquillés tombent en admiration devant ce feu d’artifice de toute beauté. La ville y a mis les moyens, c’est indéniable. Après près de 3 années, on retrouve les fêtes de San Juan et c’est un réel bonheur pour toutes et tous. 

Un message vocal pendant le spectacle son et lumière touche les villageois en plein cœur. On les remercie pour avoir traverser cette crise avec tant de dignité. Les gens sont émus, cela se ressent. Un immense “gracias” ( merci) brûle sur le toit du château, le public applaudit à tout rompre. Benalmádena renaît de ses cendres après plus de 2 années difficiles. Mais la joie dans les cœurs est restée intacte. La nuit sera longue, elle sera magique...

On vous fixe déjà rendez-vous à l’an prochain pour de nouvelles fêtes de Saint-Jean...