Mystérieuse Alhambra

Romantique, hautement séduisante, dynamique, GRENADE est un joyau. Votre guide ESPRIT SUD fait le pari qu’elle deviendra l’une de vos villes préférées en ANDALOUSIE. Nichée au pied de l’imposante et majestueuse chaîne de montagne de la SIERRA NEVADA, on est avant tout séduit par sa délicate citadelle, dressée, orgueilleuse et éternelle, la fameuse ALHAMBRA. C’est la découverte de ce trésor d’architecture que nous vous proposons lors de ce numéro.

Mais au-delà de cet incontestable chef d’œuvre de l’art islamique en Occident, GRENADE est une ville qui bouge, regorge de quartiers vivants, recèle d’une multitude de sites à découvrir et renferme mille et un trésors. Vous les découvrirez lors d’un prochain numéro. Alors, montez sur le tapis volant et embarquez pour un voyage sur un site qui captive les sens !

Tel un navire dont la proue pointe vers le centre-ville, l’Alhambra, immense forteresse, est tout simplement le site le plus visité d’Espagne ! «La Rouge» en arabe, qui doit son nom à la jolie coloration que prend ses pierres quand le soleil l’embrase en fin de journée, est un sublime ensemble architectonique d’une grande modernité où jardins et paysages sont intégrés aux intérieurs. Ce site si particulier est composé de palais (celui de Charles Quint ou celui des nasrides), de merveilleux jardins (ceux du Generalife notamment), d’une forteresse (l’Alcazaba), de bains ou encore de forêts.

Haut lieu d’intérêt historique, il s’agit du seul palais arabe datant du Moyen Âge, toujours intact. Après la Reconquista, plutôt que le détruire ou le saccager, les Rois Catholiques et leurs successeurs, devant une telle beauté, ont restauré et même amplifié le site. Jusqu’au siècle dernier, l’Alhambra était si peu visitée qu’il était possible pour les voyageurs de dormir dans les palais. L’écrivain Théophile Gaultier y passa par exemple plusieurs nuits en 1840…le veinard !

L’Alcazaba fait figure de forteresse au sein de cette cité, dominant et pointant vers la ville. C’est l’embryon silencieux, l’origine de toute la ville Madina al-Hamra. Elle surgit dans l’histoire au moment des guerres civiles fin du 9ème siècle. Il s’agit d’un vaste ensemble de tours ( «Torre de la Sultana», «Torre del Homenaje», «Torre de la Vela»…), d'une double enceinte formant un véritable bastion, de portes à herse, de donjons, de places avec rue centrale où vivaient notamment les soldats (les défenseurs des lieux y étaient casernés) ou encore de jardins. Du sommet des 27 mètres de la tour de la Vela, un panorama spectaculaire de la ville s’offre à vous.

Au niveau pratique

• Nous vous conseillons de réserver votre visite, au minimum deux semaines à l’avance. Faites-le sur le site officiel et optez pour la visite complète, incluant les palais nasrides. Vous avez accès au site tout au long de la journée, seule l’heure de l’entrée des palais doit être scrupuleusement respectée (l’heure indiquée sur votre ticket correspond uniquement à celle de la partie des palais).

• Comptez entre 4 et 5 heures pour une visite complète (en fonction de votre rythme) incluant une heure pour la visite des palais nasrides.

• Un autre conseil, optez pour la tranche horaire 08h30 pour la visite des palais lors de votre réservation. En optant pour ce premier créneau vous n’avez pas d’attente, il y aura aussi moins de monde à l’intérieur, vous disposerez de plus de temps pour visiter le reste du site et vous ferez de plus belles photographies.

• Si vous y allez en voiture, le site dispose d’un immense parking (attention, assez onéreux, comptez 12 euros les 4 heures). Si vous aimez marcher, garez-vous gratuitement sur la colline en face, derrière l’Albaicin, et rejoignez l’entrée du site en plus ou moins 35-40 minutes.

• N’oubliez pas de vous munir de votre carte d’identité ou passeport car des contrôles sporadiques ont lieu tout au long de la visite.

On entre dans le Generalife comme on franchit les portes du paradis. Perdez-vous dans les petits sentiers bordés de cyprès, succombez à la beauté de la végétation luxuriante et enivrez-vous des senteurs et parfums de la flore locale. Les princes nasrides avaient fait des lieux leur résidence d’été. Etre aussi proche de la medina présentait naturellement l’avantage de se reposer non loin des affaires urgentes et des activités politiques. Visitez-y des bâtiments d’une surprenante simplicité en regard des palais nasrides. Si précieuse aux yeux des musulmans, on y retrouve une nouvelle fois cette parfaite harmonie entre la végétation et l’eau. Les eaux de la rivière Darro, captées plus en amont dans les hauteurs, ruissellent à travers la colline pour rejoindre ce jardin éternel, regret ou avant-goût du paradis terrestre. Bien entendu, les jardins que vous visiterez n’ont plus rien à voir avec ceux des temps médiévaux. Ils ont été plantés entre 1931 et 1951 par Francisco Prieto Moreno avec la volonté de calquer aux codes de l’époque. Dans le jardin musulman, le promeneur se sentait transporté par l’harmonie entre la beauté des fleurs, leur parfum, le son de l’eau (et la fraîcheur qu’elle apporte) et le goût des fruits cueillis au passage.

Les palais nasrides ou l’ancienne maison royale est composée de trois ensembles de salles qui se succèdent :

le Mexuar, le Comares et la célèbre cour des Lions. C’est sans aucun doute le clou de votre visite à l’Alhambra. Même s’il s’agit du résultat de nombreuses rénovations successives, l’important demeure que l’unité architecturale fut préservée. On entre dans les palais par le Mexuar ou la salle du Conseil, la partie la plus ancienne. Patio aux murs foisonnant de motifs délicats, colonnes à chapiteaux magnifiques, vues splendides sur l’Albaicin, voilà ce qui vous y attend ! Le Comares (et notamment sa superbe cour des Myrtes) était le centre de l’activité politique et diplomatique. Toute la splendeur de l’art nasride défile alors devant vos yeux… plafonds de cèdre finement travaillé (chef d’œuvre d’ébénisterie), fenêtres à jalousies, arabesques lumineuses sur les murs du patio, vaste bassin rectangulaire tel un miroir, balcons ajourés ou encore fantastiques azulejos.

Pénétrons enfin dans la demeure privée du sultan et entrons dans la Cour des Lions. Face à une forêt de colonnes dorées, d’une finesse remarquable, prenant l’aspect des franges d’une dentelle de Bruges, suspendue au ciel, vous allez avoir le souffle coupé par la beauté des lieux.

Au centre, le patio même, où trône une superbe fontaine aux 12 lions. «Fontaine de la vie» d’où partent 4 rigoles symbolisant les 4 fleuves du paradis musulman. Les colonnes dont les chapiteaux présentent d’impressionnants arabesques symbolisent les palmiers d’une oasis, la célèbre fontaine évoque la source, on est clairement face à une représentation du paradis pour les musulmans. Voûtes à stalactites («muquarnas») à la lumière changeante, coupoles sublimes, envoûtant Mirador de Lindaraja (photographie de la couverture de votre Esprit Sud Magazine), la magie est au rendez-vous, chers lecteurs.

La marqueterie de pierre ou « Alicatado » est donc ce travail d’assemblage de petites pièces de céramique. Les pièces de mosaïque, réalisées avec des moules, étaient ensuite profilées avec « l’alicate » (« alqata »), sorte de pince permettant d’effectuer ces coupures et d’où provient le nom de cet artisanat. Cette technique est toujours utilisée au Maroc par exemple, pays héritier d’une richesse artisanale de l’al-Andalus. L’or était utilisé pour le doré, le cuivre pour donner la pigmentation verte, le cobalt pour celle du bleu, le fer et le manganèse pour celle du jaune. La coloration rouge est encore à ce jour un secret.

Une nuit dans le plus cher des hôtels Parador d’Espagne !

Installé dans un ancien palais maure, converti en monastère franciscain, cet hôtel de 40 chambres est situé en plein cœur de l’Alhambra. Le luxe mêlé aux vieilles pierres, le confort high-tech articulé avec un élégant mobilier. A défaut d’y dormir, pourquoi ne pas y prendre un verre dans l’un des deux magnifiques patios, avec vue sur les jardins du Generalife ?

L’architecture austère et massive du palais de Charles Quint vous surprendra probablement. Structure brutale inachevée, ce palais chrétien, commandé par l’empereur du Saint-Empire romain germanique lors de la visite du site en 1526 lors de son voyage de noces avec l’impératrice Isabelle. C’est le marquis de Mondéjar, déjà précurseur du nouvel art Renaissance à Tolède, qui sera chargé des travaux. D’après les topiques de l’époque romantique, il s’agirait de la représentation de l’action des terribles monarques espagnols, œuvrant à effacer toute trace du passé musulman. Voyons-y plutôt une volonté de venir s’ajouter aux splendeurs du passé en adoptant un style contemporain à la mode. Dans une des ailes du palais, retrouvez un intéressant musée des Beaux-Arts avec une jolie collection de sculptures et de peintures (surtout du 16ème siècle, avec des œuvres de Francisco Chacon, Alonso Cano, Pedro A. Bocanegra, …qui valent le détour !).

Le vingtième et ultime émir de Grenade, Boabdil, laissera derrière lui cette légende de l’homme faible. Après avoir remis les clés de la ville aux Rois catholiques et se retournant une dernière fois sur son «palais rouge», le dirigeant déchu versa des larmes amères. Face à sa tristesse, sa mère Aicha Fatima, aurait eu cette réponse cinglante:

« tu pleures comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme !».

Vous n’avez pas décroché le graal ?

Chers lecteurs, plus d’entrée disponible pour le jour où vous avez prévu de visiter Grenade? Vous pensez devoir faire l’impasse sur l’Alhambra? Sachez qu’une importante partie du site est accessible gratuitement ! Vous pouvez visiter le palais de Charles Quint, le musée de l’Alhambra ou celui des beaux-arts, la porte de la Justice, la très belle église de Santa Maria de Alhambra datant du 16ème siècle et bâtie sur les ruines d’une mosquée prestigieuse, les bains de la Mezquita (anciens bains de vapeur, en lien avec les ablutions) ou la très belle esplanade de los Aljibes. Alors, faites-y malgré tout un détour ! L’Alhambra, on y revient toujours…

Chers lecteurs, vous avez été séduits par ce site grandiose ? Grenade a encore beaucoup de choses à vous offrir et vous surprendra par ses quartiers vivants, ses nuits fiévreuses dans le Sacramonte, ses monuments chargés d’histoire. La Chapelle Royale annexée à la sublime cathédrale de l’Incarnation, le quartier magique de l’Albaicin, l’impressionnant monastère San Jeronimo ou l’éclectique Chartreuse de Grenade (offrant un singulier parcours à travers les styles, du gothique au néo-classique) … cette grande ville qui bouge a tant à vous offrir ! Dans un prochain numéro, votre guide Esprit Sud consacrera, un article sur cette cité si surprenante !

A bientôt pour de nouvelles découvertes.

Coup de cœur des francophones pour la plus belle ville ou le plus beau village d
Coup de cœur des francophones pour la plus belle ville ou le plus beau village d'Andalousie
Auteur : Par Esprit Sud
Rencontre avec Barbara SANCHEZ du Lycée français de Malaga
Rencontre avec Barbara SANCHEZ du Lycée français de Malaga
Auteur : Par Frédéric André
Rencontre avec Imène
Rencontre avec Imène
Auteur : Par Maud Maluenda
Top