A la rencontre de nos compatriotes !

« L’interview ESPRIT Sud » d’Evelyne Ramelet

Il est de ces personnes avec qui écouter est plus important qu’écrire… tant leurs récits sont riches, captivants et emprunts de sincérité bouleversante. La vie d’Evelyne n’est pas un long fleuve tranquille…elle a rencontré des embûches, vécu de nombreuses péripéties, a même fait le grand 8 entre le luxe et la pauvreté. Aujourd’hui, après 37 années sur le sol andalou, elle nous raconte, un peu seulement, de sa vie et de sa carrière.

Quel a été votre premier contact avec l’Espagne ?

Après leur retraite, mes parents se sont installés définitivement dans le Sud de l’Espagne. Début des années 80, avec mon deuxième mari, nous sommes aussi tombés amoureux de la région et nous sommes venus nous y installer en 24 heures! D’abord avec une année en location à Benalmadena, puis un peu plus tard, nous concrétisons par l’achat d’un bien à Marbella. A cette époque aussi, j’ai commencé par plaisir mes activités de rédactrice avec un livre de cuisine. Dans les années 90, je me suis investie pour la promotion de différentes associations espagnoles, notamment pour des peintres, pour l’aide à l’enfance ou encore avec la création du premier Club Ferrari en 1996.

Et puis tout bascule début des années 2000…

La période la plus difficile de ma vie commence pour moi. Je dois affronter une séparation difficile et un divorce très pénible. Je dois rentrer en France et à peine quelques mois après mon retour, je fais une très grave chute dans les escaliers. Avec une opération et des séances de revalidation, je serai immobilisée totalement plus de 6 mois. Ensuite, une longue période de réhabilitation a duré plusieurs années. Mon seul gagne-pain à l’époque sera de continuer à écrire, depuis ma chambre d’hôpital, avec mon ordinateur portable et grâce à une des premières connexions internet existantes.

Comment vous êtes-vous relevée après toutes ces épreuves ?

En 2006, je peux enfin revenir à Marbella, dans mon pays d’adoption. Je continue mes activités professionnelles de rédactrice et je me lance dans de nouveaux projets. Il y aura, entre autres, une société de marketing et de communication destinée aux voitures Ferrari et ma nouvelle occupation de chef à domicile. Dès 2011, la chaîne de télévision « Canal Cocina » (du groupe Canal Plus) diffuse un nouveau programme avec mon émission de cuisine française. Je suis alors tous les jours sur les petits écrans des amateurs de recettes de mon pays natal, en Espagne mais aussi en Amérique du Sud et aux Etats-Unis.

Sans jamais oublier de revenir à votre première vocation, l’écriture ?

En effet, depuis 2015, je suis revenue à l’écriture et j’ai publié 2 livres. D’abord, un roman « La neige a fondu » et un livre traitant de la géopolitique de l'eau dans le cadre du changement climatique. (tous les 2 en vente sur le site Amazon) J’ai collaboré à de nombreuses publications dont les « 101 questions essentielles pour s’interroger sur la vie », « les femmes vaillantes » de Marie-Claude Radziewsky, avocate à Marbella qui raconte la vie de 10 femmes victimes de maltraitance. Aujourd’hui, je travaille à la sortie d’un livre-biographie d’une jeune fille albinos avec le récit de son parcours et ses difficultés.

Que retiens-tu de ta vie d’expatriée ?

En priorité, tous les pays que j’ai pu découvrir… J’ai vécu en Suisse, en Grèce, en Afrique noire et bien entendu, ici en Andalousie. Je confirme que c’est la région où jamais je n’ai ressenti que l’expatrié pouvait être perçu comme un intrus. Ici, si on apprend la langue, si on s’intègre en participant aux activités et aux réseaux locaux, on peut s’y sentir facilement accepté. D’ailleurs, beaucoup de mes vrais amis sont espagnols. Ce sont des personnes qui sont humbles, qui ne jugent pas les autres et qui vous acceptent comme vous êtes. Par contre, le moins facile à vivre dans l’expatriation est sans aucun doute l’éloignement de sa famille. Mon fils vit à Lyon et on ne se voit que trop rarement.

Que pourrais-tu conseiller aux nouveaux arrivants ?

Etre prudent et méfiant! Même avec les compatriotes de sa propre nationalité! Quand une personne arrive, la priorité est de prendre contact avec des locaux francophones, surtout avec la barrière de la langue, mais recommandés par une autorité connue (consulat, chambre de commerce, association officielle etc…) et de vérifier qu’il ne s’agit pas de vautours. Certains « arnaqueurs », attirés par l’argent facile, profitent de la vulnérabilité, de la faiblesse et de l’ignorance des arrivants. Ensuite, ne pas croire qu’on va faire changer les choses en Espagne! Ni son mode de fonctionnement, ni les gens, ni leur caractère. On vient…on s’adapte ou on part. Avoir un projet cohérent est aussi indispensable: venir en Espagne pour ouvrir un bar à tapas est absurde. L’idée d’une pâtisserie française de qualité, que tout le monde réclame, est au moins plus cohérent. Inutile de critiquer les espagnols… encore moins d’attendre les aides ou subventions de l’état! Certaines personnes ne sont même pas encore arrivées qu’elles souhaitent déjà obtenir des indemnités de chômage. C’est tout simplement incroyable.

Comment aider ces nombreux primo-arrivants à y voir clair ?

Justement, je travaille concrètement à la rédaction d’un e-book complet sur toutes les démarches de la vie pratique avec notamment les procédures administratives. Il pourrait être mis en ligne gratuitement, prochainement, avec l’aide de quelques sponsors. Grâce à l’association « French Business Club de la Costa del Sol », dont je suis la Présidente, nous aidons aussi de nombreux expatriés à rencontrer et collaborer avec des professionnels de confiance, soutenus par la chambre de commerce espagnole.

Evelyne Ramelet se résume

Après avoir été "écrivain public" à Paris dans les années 80, je consacre la plupart de mon temps à l'écriture et à la rédaction. J'ai eu la chance de travailler pour de nombreux sites web, tout au début d'internet en me spécialisant dans deux domaines qui me passionnent: la gastronomie et l'économie. J'ai imaginé puis écrit, entre autre, plus de 1000 chroniques pour le réseau Radio France et ses ateliers de création, publié 3 livres de cuisine en espagnol, été éditée en France par Micro-applications (guide du cyber-gourmet) et par France Loisirs (100 recettes pour accommoder les restes).

Evelyne Ramelet

Rédactrice - Correctrice - Traductrice Fr/Esp/Ang

Portable 0034 609 866 175

evelyneramelet@hotmail.com

www.evelyneramelet.net

Backspin à Cuba, notre nouvelle aventure Esprit Golf
Backspin à Cuba, notre nouvelle aventure Esprit Golf
Auteur : Par Frédéric André
 Les traditions associatives andalouses
Les traditions associatives andalouses
Auteur : Par Evelyne Ramelet
Sotogrande
Sotogrande
Auteur : Par Frédéric André
Top