A la découverte du célébre Picasso

Faut-il encore présenter le grand maître Picasso, “enfant” de la ville de Malaga et immense artiste tant peintre, sculpteur, graveur ou céramiste? 

La capitale de la Costa del Sol a dédié à Pablo Picasso deux musées, celui situé dans le sublime palais de Buenavista mais également celui de sa maison de naissance situé place Merced. 

On connaît son œuvre et sa vie trépidante aussi. Il a rejoint la France au début du 20ème siècle et est devenu avec Georges Braque le chef de file du mouvement artistique cubiste. 

Esprit Sud magazine vous propose une série de dix anecdotes, dix histoires moins connues sur l’artiste...

  • ✨Connaissez-vous son nom complet? L’artiste est né sous le nom de Pablo Diego José Francisco de Paula Juan Nepomuceno María de los Remedios Cipriano de la Santísima Trinidad Martyr Patricio Clito Ruíz y Picasso. 23 noms-prénoms, rien que cela!!!! Une longue liste provenant de saints patrons mais également des parents de l’artiste...

  • ✨L’illustre malagueño a fait le choix du pseudonyme par amour pour sa maman. Picasso est en effet l’un des noms de jeune fille de celle-ci. Il affectionnait aussi cette consonance en double “s”, une rareté dans la langue castillane. Ce pseudo trouve ses origines dans l’italien et le génie savait qu’il lui fallait un nom qui marquerait les esprits et il ne s’est pas trompé. 

  • ✨On connaissait le côté “workaholic” du peintre. Mais pouvez-vous imaginer qu’il a, au cours de sa vie, produit plus de 50 000 œuvres? Des tableaux, des sculptures, des dessins, des céramiques, des gravures, des estampes, des tapisseries mais aussi des poèmes! Il vouait une réelle passion pour la poésie. Il est l’auteur de plus de 300 poèmes. Magicien de la rime, il vous surprendra par ce talent plus méconnu. 

  • ✨”Guernica” est probablement la peinture la plus connue de l’artiste. Il s’agit d’une puissante  synthèse des sentiments qu’il éprouvait en cette sanglante période de guerre civile espagnole. Il s’est aussi frotté, quelques années plus tard, à l’écriture d’une pièce de théâtre. En pleine seconde guerre mondiale, sous l’occupation allemande, il écrit « Le désir attrapé par la queue ». 

  • ✨En 1911, Picasso avait-il la malice d’Arsène Lupin? On l’accuse en effet à l’époque d’être un des complices du vol de la Jaconde au Louvre.  Il avait en effet déclaré que les bons artistes sont des copieurs et que les grands artistes sont des voleurs. Il n’en fallut pas moins pour allumer la poudre et créer la polémique. Mis à mal dans un premier temps par les déclarations de Guillaume Apollinaire, son meilleur ami, avec qui il est enfermé dans la maison d’arrêt de Paris depuis des jours, les deux “fidèles amis” finiront par être relâchés, les interrogatoires ne donnant rien. 

  • ✨Une période bleue, une période de Blues. L’artiste aurait pu se suicider début du 20ème siècle sans devenir le grand artiste que l’on connaît. En effet, l’une de ses petites sœurs décède et quelques temps plus tard, son ami Carlos Casagemas, qui fut son compagnon de voyage vers Paris, se suicide. La période « azul » débute et Picasso peint le portrait de désespérés ( vagabonds, désœuvrés, alcooliques, mendiants,...). Le bleu, couleur froide et symbole de tristesse pour l’artiste, se décline sous mille et une nuances. Picasso touche le fond. 

  • ✨Le bleu fait place au rose... En 1904, l’artiste tombe éperdument amoureux de Fernande Olivier. Elle sera sa muse et de cette rencontre, naîtra une des périodes les plus lumineuses du génie, la période rose. La joie est de retour, il noue des amitiés fortes et les nuances de rose, de rouge et d’orange, dominent ses palettes. Le couple voyage, fait la fête, se lie d’amitié à une troupe de cirque et fréquente les cabarets parisiens.

  • ✨Le personnage d’Arlequin investit ses œuvres et devient l’un des principaux symboles de l’œuvre de l’artiste. Picasso eut la chance de connaître le succès de son vivant, ce qui est souvent rare pour un artiste. Il fut l’un des premiers à contempler ses œuvres dans le grand musée du Louvre, pionnier pour exposer une œuvre, de son vivant, au célèbre musée. 

  • ✨Une boîte à biscuit qui vaut de l’or. Âgé de 7 ans, c’est sur le couvercle d’une boîte à gâteau que le jeune artiste réalise sa première œuvre. Un petit picador jaune est une peinture à l’huile qui marque déjà une technique apprivoisée et un talent naissant. Pablo ne s’est jamais séparé de cette boîte et l’œuvre est toujours en possession de la famille de l’artiste. 

  • ✨Picasso aimait les bonnes tables et la gastronomie. On demandait fréquemment à l’artiste de payer ses additions par un dessin. Croquis sur le coin d’une nappe, esquisses sur une serviette, les grands restaurateurs parisiens sont devenus d’habiles collectionneurs d’art.

Backspin à Cuba, notre nouvelle aventure Esprit Golf
Backspin à Cuba, notre nouvelle aventure Esprit Golf
Auteur : Par Frédéric André
 Les traditions associatives andalouses
Les traditions associatives andalouses
Auteur : Par Evelyne Ramelet
Sotogrande
Sotogrande
Auteur : Par Frédéric André
Top